Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Jv dit Jyvais

 

Jean-Marc Couvé N° spécial●●●●●●Poésie/Littérature Photographie

Artsplastiques●●●●●●●●●●●●

En ligne

 

■■■

Les Carnets d’Eucharis

N° Spécial

Juin 2013



Un spécial Jean-Marc Couvé ! Je n'en espérais pas tant. Ce magnifique et pourtant adorable poète est un pur Dieppois : je veux dire, né en région parisienne, il a longtemps vécu (et écrit) en Allemagne et se trouve de nouveau près de Paris où il en-saigne -en un seul mot plutôt, sans effusion.

A Dieppe où il vécut naguère, Jean-Marc a marqué une génération d'élèves. Marqué mais sans frapper, ô non jamais, lui, l'auteur de Battu ! n'a rien ni d'un insti-tueur ni d'un pro-fesseur ! S'il est une peau qui marque, ce fut la tienne, comme si ton prénom (et même ton nom, vé !) y avai(en)t inscrit une propension, mais les bourreaux-têtes-à-coups ont trop beau jeu de parler de "têtes à claque", toujours les autres les coupables !

Merci J'en-Marque pour tes magnifiques textes, tes recueils que je garde précieusement, jalousement. Je livre aux lecteurs de ce blog l'un de mes préférés. Ils en trouveront d'autres dans le Spécial Les Carnets d'Eucharis de juin 2013, gràce pour cela soit rendue à qui de droit et surtout à cela à Nathalie Riera.

 

Lézarde et corps hâtifs

(trilogie)

(La Bartavelle Editeur, 1998)

Illustration de Jean-Claude Besson-Girard

Préface de Georges Friedenkraft

 

Profession : deux fois (plutôt qu’une !)

 

Me jette à cœur perdu

dans un combat d’avance

hasardeux sinon pire...

Enfin – j’ai tout rendu :

masochisme, arrogance.

  •  
    • Herr Ober : Noch ein’ Bier !

Un quart de siècle aux prunes

à ressasser l’amer

naufrage paternel...

ça fait un bail, mes burnes,

que nageons dans la mer –

d’ horreurs sempiternelles !

*

Y reviendrais-je, un jour,

à ce point de départ –

ton poing « G » dans ma gueule ?

Enfant-martyr (that’s sure !) ...

Ah, rallier les remparts

Des géni-(protec-)teurs !

En attendant, me cogne

aux flammes des folies

hantées de souvenirs,

assassins sans vergogne

- Ô pure Amour, salie

pour n’en plus revenir...

 

*

Va donc. Il faut jeter

le passé dé-passé

aux orties. Qu’il s’y pique !

Au diable, lâchetés :

Désirons. C’est assez

pour aimer – laiss’ tes tics...

Commenter cet article

caro 18/06/2013 12:10


génial!! les quelques poèmes sont très sympas!!