Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par JV dit JYVAIS

lib--.jpgLibé sort sa nouvelle formule et joue avec les mots.

 

Libération pour la sortie de sa nouvelle formule joue avec les mots ! « Fadela pouffe »? « Ils n'ont quand même pas écrit ça »? Oui et non... La phrase exacte c'est : « Fadela pouffe, minaude, joue les timides. François, tout sourires, la couve d’un œil protecteur. » Par ces mots la journaliste Catherine Coroller introduit son article sur la visite de Fadela Amara et François Fillon dans la Sarthe. Alors oui, ils ont écrit ça, mais non, n'y voyez pas d'insulte. Ce serait gros, n'est-ce pas, d'écrire de telles choses sur une Secrétaire d'Etat, ancienne présidente de « Ni putes ni soumises » à qui ce mot et tous ses synonymes distingués ont été copieusement distribués par des machos de tous poils...


Pas davantage que si j'écrivais « Catherine salope, gâche, détourne son sujet, par une syntaxe qu'aucun moteur de recherche ne peut déchiffrer », cela ne devrait passer pour une grossièreté.


Pouffe du verbe pouffer, salope du verbe saloper !


Le problème à l'époque d'internet, où les lecteurs en ligne peuvent se compter par dizaines de milliers et où les moteurs de recherche type Google rêgnent en maîtres, un article doit se lire et se relire selon deux grammaires différentes qui s'appliquent en simultané.

La syntaxe française classique place un sujet devant un verbe par exemple : « Fadela pouffe ». S'il y a ambiguïté et qu'on hésite pour savoir si le second mot est bien un verbe conjugué ou plutôt un épithéte malséant, il suffit de poursuivre : le troisième mot (« minaude » dans l'exemple incriminé) ne peut être qu'un verbe. « Minaude » entre deux virgules est apposé à « pouffe » qui s'avère donc un verbe. Aurait-on trouvé « idiote », « vendue » ou, au hasard, « traitresse »à la place de « minaude » qu'il eût fallu conclure à l'insulte.

La grammaire du net n'ira pas chercher si loin. Les deux mots « Fadela » et « pouffe » sont reconnus comme deux « mots clé » par les moteurs de recherche qui vont répertorier les pages web où tous deux figurent. Et, il suffit d'essayer, la recherche débouche sur des phrases telles que « Fadela... pif, paf, pouf... » (sic) et "Fadela a fait ceci... Madame Untel est une grosse pouffe.. » (re-sic).


Mais il faut dire que Libération s'y connaît. Ils peuvent se targuer d'être le seul important organe de presse français à avoir refusé de se préter au jeu de la rumeur sur le divorce supposé du couple présidentiel... Refusé, enfin c'est vite dit... Pour le moteur de recherche cela ne fait aucune différence. La phrase « On ne parlera pas du divorce supposé de Cécilia Sarkozy et de Nicolas Sarkozy. Faut-il parler de la rumeur? » sera pour le moteur de recherche qui ne s'embarrasse pas de syntaxe française classique l'exact équivalent de la phrase contraire. Sur internet, dire que « l'on (ne) parlera (pas) de quelquechose », c'est déjà une habile façon d'en parler...

Commenter cet article

SILVI 15/10/2007 22:18

Ca c'est vraiment ................dégeulasse !!!je fais un p'tit point sur mon blog sur le termeBonne soirée

belinha fernandes 15/10/2007 18:47

Monsieur: ça c'ést trop!Ça m'émouve beaucoup.Merci!Obrigada!:-)